i!ii

Notre site Web améliore l’expérience des utilisateurs grâce à des témoins. En utilisant notre site Web, vous en acceptez les conditions d’utilisation. Pour désactiver les témoins, passez aux réglages de votre navigateur. Des renseignements supplémentaires figurent dans notre politique de confidentialité.

Retour à la navigation
Calque

La signification de vivre All-Out

Les bienfaits de l’exercice physique vont bien au-delà de la perte de poids, et nos membres le prouvent.

Par Leslie Barker

La plupart des gens commencent un programme d’exercices pour des raisons similaires : Pour perdre du poids. Pour tonifier son corps. Pour se sentir mieux.

Ce sont toutes de bonnes raisons. Mais sur la route sinueuse, tortueuse, ascendante et descendante qui vous mène à vos buts, ces objectifs ne sont en fait que des points de départ. Ils donnent encore plus de résultats : certains que vous pouvez voir et beaucoup d’autres qui sont invisibles.

Tangiblement, vos vêtements vous vont mieux. Les muscles dont vous ignoriez l’existence sont maintenant bien visibles et tonifiés. Votre tension artérielle baisse, votre endurance augmente.

Le plus souvent, il y en a beaucoup plus. Et tout commence, tout simplement, par le fait de dire oui : 

●     Oui à l’accélération du rythme.

●     Oui à la réduction de votre niveau de stress.

●     Oui au commencement d’un nouvel emploi.

●     Oui à l’arrêt (ou au moins à la réduction) des pensées négatives.

●     Oui à être moins grincheux et plus patient, à être moins défaitiste et plus optimiste.

●     Oui à un sommeil profond la nuit, à plus d’énergie pendant la journée.

 

Par-dessus tout, vous commencez à vous dire oui. Il n’est pas étonnant que l’exercice vous rende « plus heureux que l’argent », selon une étude des universités de Yale et d’Oxford.

Chez Orangetheory Fitness, nous pouvons citer la science qui se cache derrière tout cela. Cependant, ce n’est jamais aussi convaincant que d’entendre les résultats de la bouche de nos membres, encore et encore, sur le fait que les bienfaits de chaque séance d’une heure vont bien au-delà du studio. Ils nous suivent comme une ombre qui nous soutient, comme un coup de pouce et un signe de tête.

 « Cela m’a ramené à ce que je suis et à ce que je peux être », dit Chelsea Meyers. Elle a 42 ans et a suivi son premier cours d’Orangetheory à Anderson, en Ohio, aux États-Unis, en janvier 2019. À la mi-juillet, son taux de fréquentation cumulé était dans les trois chiffres.

« Avant le décès de ma mère il y a un an, je n’avais pas réalisé que je m’étais occupé d’elle et que je ne vivais pas ma vie, pour moi. Je pense que j’ai commencé à vivre ma vie maintenant », dit-elle.

Souvent, les bienfaits de ses entraînements sont mis en évidence au moment où elle s’y attend le moins. Au début de l’été, son fils Sam, 8 ans, s’est endormi au rez-de-chaussée. Il y a un an, dit-elle, elle aurait demandé à son mari Gabe (lui aussi un adepte d’Orangetheory) de le monter dans sa chambre.

« À l’époque, physiquement, je n’aurais pas pu le faire », dit-elle. « Mais ce soir-là, je l’ai porté à l’étage, et notre escalier comporte un nombre important de marches. Je n’étais pas du tout essoufflée. Je me suis dit : "Mon Dieu, je n’arrive pas à croire que j’ai fait ça. Je suis forte".

Les gens me disent : "Vous avez l’air si heureuse". Et je le suis. Ça fait tellement de bien d’être forte. Je me sens aussi plus forte mentalement. »

Elle s’en est rendu compte lorsqu’elle a trouvé le courage de quitter un emploi et d’en commencer un autre.

« J’étais dans une impasse au travail », dit Chelsea, qui salue le soutien que sa communauté Orangetheory lui a apporté. « Orangetheory m’a sorti de là. Je me suis dit : "Tu sais quoi? Je vaux plus que ça. J’investis en moi, dans mon corps. Je n’ai plus besoin d’endurer ça". Ça m’a donné le coup de pouce dont j’avais besoin. »

Felicia Knott, 28 ans, qui vit près de Madison, au Wisconsin, est membre d’Orangetheory depuis le 19 octobre 2018. Elle a eu des problèmes cardiaques qui ont mis fin à sa carrière dans l’armée, et les autres entraînements étaient trop « agressifs », dit-elle. Elle quittait la salle de sport en se sentant encore plus mal.

« Je n’étais pas là pour perdre du poids, mais pour mon cœur », dit Felicia, dont le cardiologue qualifie ses progrès de « géniaux ».

« Le fait d’aller là-bas et de faire de l’exercice améliore votre état d’esprit, sachant que vous faites quelque chose de bien pour vous-même », dit-elle. « Voici quelque chose que j’ai remarqué : avant, les échéances me stressaient beaucoup. Maintenant, je me dis que ça va bien aller.

C’est sans aucun doute quelque chose qui a eu un grand impact dans ma vie. Je n’avais pas fait ce lien jusqu’à aujourd’hui. »

D’autres membres ont partagé en ligne leur propre version de « vivre All-Out ». Comme @emilyoehler, dont les entraînements d’Orangetheory l’ont conduite à jouer à Tarzan sur le parcours de cordes avec son filleul.

L’un des exemples les plus convaincants est peut-être celui de l’infirmière Ashley F. de l’unité de soins intensifs pédiatriques :

« Je suis souvent fatiguée, épuisée émotionnellement et physiquement. Orangetheory m’a donné la possibilité de prendre soin de moi et d’offrir le meilleur de moi-même à mes patients et à leurs familles.

OTF favorise mon équilibre et ma lucidité mentale, tout en me mettant au défi de pousser mes limites physiques à des niveaux que je n’aurais jamais cru possibles. OTF est comme un moyen sain de faire face à la mort et aux défis émotionnels que je dois affronter au nom de mes patients. Il sert à la fois de lieu d’évasion et d’oasis accueillant et inspirant où chacun se soutient et s’apprécie. »

C’est bien l’essence d’Orangetheory, n’est-ce pas? Parce que lorsque nous nous soutenons et nous apprécions les uns les autres, nous pouvons affronter à peu près n’importe quoi : pendant notre présence en studio et surtout, pendant les 23 autres heures qui nous attendent lorsque nous le quittons pour partager notre nouvelle attitude avec le monde.