i!ii

Notre site Web améliore l’expérience des utilisateurs grâce à des témoins. En utilisant notre site Web, vous en acceptez les conditions d’utilisation. Pour désactiver les témoins, passez aux réglages de votre navigateur. Des renseignements supplémentaires figurent dans notre politique de confidentialité.

Retour à la navigation
Superposition

Un compagnon d’entraînement inusité

Katherine, membre d’OTF, ne laisse pas son diabète l’empêcher d’accumuler ses points Splat. Elle est entre de bonnes pattes : elle sait que son ami poilu, Blaze, est prêt à lui sauver la vie si sa glycémie chute pendant un entraînement.

Par Leslie Barker

Après ses entraînements Orangetheory, Katherine Wallace consulte ses résultats comme tout le monde. Néanmoins, son compagnon d’entraînement n’y porte pas attention. Blaze se satisfait amplement d’une petite caresse sur le museau ou d’un gratouillement derrière les oreilles.

Après tout, Blaze, son partenaire, est un chien. Un chien d’assistance de deux ans de la race des Golden Doodles. Bien qu’Orangetheory n’autorise pas les animaux de compagnie dans ses studios, les membres ayant besoin de chiens d’assistance certifiés peuvent les avoir avec eux durant un cours.

Certes, Katherine, 26 ans, préférerait n’être qu’une personne gagnant des points Splat comme les autres, mais dans ses studios de Farmington Hills et de Birmingham, au Michigan, elle est appelée « la femme avec le chien ». Toutefois, Blaze ne se limite pas à être un chien adorable. Il est entraîné à protéger la vie de Katherine en repérant toute chute dangereuse de sa glycémie.

« Tous les entraîneurs me laissent le tapis roulant à l’extrémité de la rangée pour qu’il puisse être sur le plancher à côté de moi », explique Katherine. « Il s’assoit et se colle au tapis roulant autant que possible sans monter dessus et il me fixe. C’est comme ça qu’il m’avertit sans se blesser. »

Katherine fait du diabète de type 1 depuis l’âge de neuf ans. Aucun remède n’existe contre cette maladie, qui fait en sorte que son pancréas ne produit que très peu d’insuline ou n’en produit pas du tout. Cependant, Katherine gère bravement la situation et accomplit l’ennuyante tâche de surveiller sa glycémie sans sourciller. La vigilance est cruciale pour éviter les crises déclenchées par une chute dangereuse du taux de sucre dans le sang.

« Pendant que j’étais sur le tapis roulant, Blaze m’a averti que ma glycémie chutait », raconte-t-elle. « Et parfois, quand je suis sur le rameur, il vient me voir et me donne un coup de patte. C’est son odorat. Il est tellement puissant qu’il peut même détecter les odeurs chez Orangetheory. Plus de 20 corps en sueur y émettent des odeurs, mais il ne porte attention qu’à la mienne. »

Si Katherine avait une crise, le personnel saurait comment s’occuper de Blaze pendant qu’elle est soignée par les ambulanciers. Heureusement, ce n’est pas encore arrivé.

Katherine a fait de l’exercice toute sa vie, mais des infections aux poumons et une pneumonie subséquente en juillet 2018 ont réduit ses capacités respiratoires et son endurance.

« Je pensais ne jamais plus pouvoir m’entraîner », se souvient-elle.

Mais quand l’American Diabetes Associations, pour qui Katherine travaille bénévolement, a organisé une collecte de fonds dans un studio Orangetheory Fitness, elle a décidé d’essayer le cours. Katherine et Blaze ont suivi leur premier cours Orangetheory en avril.

« J’ai pris l’engagement de le faire », affirme-t-elle, « et maintenant, je peux suivre un cours entier sans m’arrêter ». En effet. Maintenant, elle s’entraîne six fois par semaine ou plus. (Oui, vous avez bien lu. Par semaine.)

Les studios sont « géniaux », selon elle. « Si j’ai besoin de sortir du cours, mes entraîneurs s’assurent que je vais bien. Ils me poussent quand même à me surpasser. Ils veulent que je batte mon RP (record personnel) et que j’atteigne mes objectifs. Certains jours, ils me laissent tout simplement faire de la marche rapide. Ils me soutiennent à travers toutes mes épreuves. »

Toutefois, d’après Caitlin Donato, directrice de l’équipe de conception des entraînements au Centre de soutien international d’Orangetheory, ce traitement n’est pas offert seulement à Katherine.

« Les entraînements sont conçus pour que les gens de tout niveau physique puissent sortir d’un cours avec un sentiment d’accomplissement », révèle Caitlin. Si un entraîneur remarque qu’un membre est hésitant ou connaît des difficultés, il peut lui offrir des options de rechange pour chaque mouvement. De plus, une formation continue complète permet aux entraîneurs d’offrir à un cours en groupe un suivi donnant l’impression qu’il s’agit d’un entraînement personnel.

Au tout début de l’aventure Orangetheory de Katherine et Blaze, ils n’assistaient qu’aux cours donnés par un seul entraîneur. Maintenant, Katherine est assez célèbre. Les autres membres savent qu’ils ne doivent pas caresser Blaze. Il est au travail, après tout. Néanmoins, il a ses préférés et cherche à s’asseoir près d’eux pendant les cours. D’autre part, plusieurs membres tentent de synchroniser leur horaire avec celui de Katherine.

« Je leur demande toujours “Les chiens vous dérangent-ils?” Et ils me répondent tous “Oh, mon Dieu, j’avais tellement hâte que tu assistes à mon cours” », se souvient-elle. « Tout le monde est fantastique; ils apprécient tous sa présence. »

Avant que Katherine se dise qu’elle avait besoin d’un chien d’assistance, elle avait déjà essayé les pompes à insuline et les appareils de surveillance continue. Sans succès. Elle souffre d’un trouble appelé « hypoglycémie asymptomatique », ce qui signifie qu’elle n’est pas alertée par une chute du taux de sucre dans son sang par les symptômes typiques : l’étourdissement, le tremblement, la transpiration et un rythme cardiaque rapide.

« Je vivais seule et j’avais des crises », raconte-t-elle. « Je ne savais pas que j’avais des problèmes parce que je n’avais pas de symptômes. De temps en temps, je me réveillais sur le sol et j’avais le visage en sang. »

Pendant que Blaze se faisait entraîner dans un établissement en Idaho, Katherine a envoyé des échantillons de sa salive prélevés quand sa glycémie était normale, quand elle était basse et quand elle était élevée. Blaze a donc pu apprendre à détecter des taux anormaux grâce à son odorat. Maintenant que Katherine et lui sont équipiers, elle n’a eu que trois crises au cours des 18 derniers mois alors qu’auparavant, elle en avait de trois à six par mois.

« Ma vie s’est complètement transformée », relate-t-elle. « Je suis complètement en confiance, car si quelque chose devait se produire, je sais que je suis entre de bonnes pattes. »

« J’ai rencontré quelques-uns de mes meilleurs amis chez Orangetheory et ils m’ont aidé à surmonter tellement d’embûches », témoigne-t-elle. « Les entraîneurs et le personnel sont sensationnels. Tout le monde sue et lutte ensemble contre les difficultés. »