i!ii

Notre site Web améliore l’expérience des utilisateurs grâce à des témoins. En utilisant notre site Web, vous en acceptez les conditions d’utilisation. Pour désactiver les témoins, passez aux réglages de votre navigateur. Des renseignements supplémentaires figurent dans notre politique de confidentialité.

Retour à la navigation
Calque

En route vers Hell Week : Dans les coulisses de l’entraînement emblématique d’Orangetheory

Les membres d’Orangetheory prennent d’assaut les studios pendant Hell Week, qui consiste en une série d’entraînements qui font dresser les cheveux sur la tête, qui font froid dans le dos et qui font pomper le cœur comme jamais. Pourquoi ce défi d’entraînement physique est-il si populaire? Jetez un coup d’œil dans les coulisses.

Par Alex Kramers

Cela aurait pu être pire, bien pire.

En 2013, l’équipe d’Orangetheory débattait de la création d’un programme d’entraînement spécial pour l’automne et cherchait de l’inspiration. Pendant un certain temps, la formation de base en démolition sous-marine/SEAL (BUD/S) des Navy SEALS a semblé être un bon point de départ. Reconnu depuis longtemps comme l’un des rituels d’entraînement physique et mental les plus difficiles au monde, ce programme permet d’éliminer systématiquement 75 % des guerriers d’élite qui s’y inscrivent.

Heureusement, l’équipe d’Orangetheory a continué à chercher ailleurs.

« Il était évident que nous devions fouiller plus loin et créer la semaine de défis par excellence, dont les membres parleraient tout au long de l’année », mentionne John Driscoll, directeur international de l’activité physique. « Nous avons passé des heures à chercher sur Internet des idées qui représentaient une semaine difficile et exigeante. »

Finalement, l’attention s’est tournée vers les films d’horreur, en particulier ceux dont le titre comportait le mot « Hell », pour aboutir au concept de « Hell Week », un nom qui semblait intentionnellement intimidant, mais suffisamment intrigant pour maintenir la curiosité des membres. Dans les années qui ont suivi, d’autres entraînements emblématiques ont été ajoutés au répertoire d’Orangetheory, tels que DriTri et All Out Mayhem. Mais Hell Week a été le premier du genre.

Fidèle à son nom, la série de cinq entraînements, aux thèmes inspirés des classiques des films d’horreur populaires comme « Death Row » (le tout premier bloc d’aviron de 23 minutes) et « The Hills Run Red  (une série de pentes ascendantes), a été conçue pour être bien plus intense et épuisante que les cours standard.

Aussi menaçant que cela puisse paraître, chaque entraînement, qu’il intègre le tapis roulant, le rameur ou les exercices de renforcement musculaire, a également été conçu pour être accessible et personnalisé à la fois pour les vétérans d’OTF et les débutants.

Amusants aussi. Bien que physiquement éprouvants, les cours ont toujours été conçus pour être amusants, rappelle Vincent Emanuele, le spécialiste en conception d’entraînement d’Orangetheory, et la survie n’est pas aussi intimidante avec une bonne préparation mentale.

« Vous les faites à votre propre rythme », dit M. Emanuele. « La différence (avec les entraînements de Hell Week) est que leur conception est un peu plus élaborée, mais rien ne dit que vous devez travailler à un niveau avec lequel vous n’êtes pas à l’aise. »

Depuis le tout début, Hell Week a suscité de l’engouement chez nos membres et a rapidement fait voler en éclats les précédents records de fréquentation. Dans le monde entier, il est resté l’un des programmes les plus populaires et les plus attendus du calendrier d’Orangetheory; les studios affichent des décorations d’Halloween, les listes d’attente débordent de noms et de nombreux studios fonctionnent au maximum de leur capacité, de 5 h à 20 h, pendant les huit jours.

La fête d’Halloween a toujours été un moment privilégié dans les studios d’Orangetheory, même avant la tenue de la première édition de Hell Week.

« Nous voulions faire comme si les membres étaient en train de passer l’Halloween », dit M. Driscoll, se souvenant de l’époque précédant Hell Week. « Tous les membres pigeraient un morceau de papier dans une citrouille, un "tour" ou une "gâterie", et feraient ce qui serait écrit sur celui-ci. C’était un défi favori parmi les membres, car il était à la fois différent et captivant. »

Au début de Hell Week, les participants devaient assister à un minimum de quatre séances en cinq jours pour relever le défi et gagner un t-shirt commémorant l’accomplissement. Au cours de la troisième année, en 2016, les exigences ont été ajustées à cinq séances d’entraînement sur une période de huit jours.

« C’est devenu si populaire que les membres ont eu une plus grande envie de terminer les huit jours », a déclaré M. Driscoll. « Nous l’avons maintenue à huit jours et nous continuerons à le faire. Cette période permet de se reposer et de récupérer, et les membres sont quand même en mesure d’effectuer les cinq séances nécessaires à l’obtention du t-shirt. »

Ce cadeau annuel est devenu un objet de collection très convoité, car de nombreux finissants ont accumulé les cinq versions remises à ce jour et partagent fièrement leurs photos sur les médias sociaux. L’édition 2017, représentant un crâne avec les logos d’Orangetheory à la place des yeux et comprenant des perles de sueur orange ruisselant sur son front, a gagné en popularité. Sur la base de réactions extrêmement positives, l’équipe de conception a adopté à nouveau le principe en 2018.

Après avoir élaboré le concept 2018, la silhouette d’un crâne comprenant des messages inspirants enroulés autour des espaces pour les yeux et le nez, Brian Monaco, le graphiste d’Orangetheory, a porté une attention particulière à l’expression faciale qu’il souhaitait présenter sur le t-shirt de 2019.

« Mon but était de créer un crâne auquel les membres pourraient s’identifier », dit-il. « Il a un petit sourire sur le visage, presque comme s’il disait : "Je suis intimidant, mais ça va bien aller. Oui, c’est un peu effrayant, mais vous pouvez certainement y arriver". »

« Les membres qui s’intéressent aux détails peuvent également remarquer une image familière, bien en évidence sur les décalcomanies du studio et les courriels de résumé de votre performance, dissimulée dans la conception », taquine M. Monaco.

« Notre iconographie contient un tas de symboles, dont le symbole de flamme. Cette icône de flamme est en fait la forme du logo de Hell Week pour l’année à venir », précise-t-il.

« Vous seriez surpris de ce que les gens ont fait pour ce t-shirt », mentionne M. Emanuele en riant. « Les gens changent leurs horaires pour mettre la main sur ce t-shirt. Les gens prennent congé du travail ou trouvent une gardienne pour une heure afin d’assister à leurs cours. »

« Hell Week, c’est comme le Super Bowl d’Orangetheory », dit-il. « Chaque année, nous devons essayer de nous dépasser. Nous dévoilons toujours quelque chose de nouveau. »

Pour Hell Week 2019, l’équipe de conception s’est réunie pour la première fois près d’un an avant qu’elle n’ait lieu. « Voir nos rêves devenir réalité a été une expérience passionnante. Cette réunion a débouché sur une poignée de "premières" dans l’histoire de Hell Week, notamment un concept de série télévisée complet, un tout premier modèle de type « à suivre » et quelques nouvelles créations », mentionne Caitlin Donato, directrice de la conception d’entraînement.

Bien que les titres des entraînements continuent de jouer sur des thèmes d’horreur reconnaissables, ce qui coïncide avec la propension accrue au visionnement de séries télé en rafale, les entraînements de 2019 ont suivi une structure narrative composée d’histoires se déroulant sur toute la durée de la sixième saison de Hell Week.

« Les entraînements sont censés se construire les uns sur les autres, presque comme si vous regardiez une série », a mentionné M. Emanuele juste avant qu’Orangetheory ne lance la sixième saison de sa Hell Week. « Il y aura des trucs que nous n’avons jamais faits. Nous faisons un entraînement de type "à suivre", un entraînement qui commence un jour et se poursuit le lendemain, un peu de la même manière dont on regarde une série télé. Nous espérons ainsi que vous ferez de même pendant la Semaine d’enfer. »

Une autre nouveauté en 2019 s’intitule « US » (NOUS), une initiative dérivée de l’entraînement avec partenaire, dans laquelle chaque membre contribue à la note globale. Après un bloc d’aviron de 13,5 minutes, chaque participant saisit sa distance totale dans une feuille de suivi globale des défis. À la fin de la journée, le système calcule la moyenne pondérée de chaque studio et affiche son classement sur l’ensemble du réseau Orangetheory, y compris pour chaque État et le pays en entier. 

« Tout le monde est très excité, et l’énergie est à son comble », mentionne M. Emanuele. « On sent vraiment bien l’aspect communauté qui règne dans le studio. Nous voulons que vous en fassiez l’expérience, que vous travailliez dur et que vous vous amusiez. »